Catherine d’Alexandrie
Vierge, Martyre et Sainte
(ca. 290-ca. 305 ou 307 ou 310)

25

NOVEMBRE

Aujourd'hui nous allons parler de Catherine d'Alexandrie, sainte très connue, très honorée, malheureusement, nous ne savons pas si elle a réellement existé. En effet, l'existence historique de Catherine d'Alexandrie est plus que douteuse, au point que, malgré sa popularité, l'Église catholique l'a officiellement retirée de son calendrier en 1970. En effet, pour certains historiens, elle aurait été inventée pour contrecarrer une grande mathématicienne et philosophe alexandrine, païenne et vierge, Hypatie. Comme Hypatie, Catherine était vierge et très savante. D'ailleurs, la pureté attribuée à Catherine est inscrite dans son nom grec qui signifie "pure". 

Consultons d'autres sources: selon certains hagiographes, Catherine, fille de nobles d'Alexandrie en Égypte, serait née vers 290. Certains documents disent qu'elle serait la fille d'un roi d'Alexandrie. À l'âge de dix sept ans, elle était considérée comme la plus jolie et la plus savante des jeunes filles de tout l'empire. Elle désirait se marier à un prince aussi beau et aussi savant qu'elle, mais elle n'en trouva pas. Or, vers la même époque, un ermite convertit la mère de Catherine, mais Catherine ne voulut rien savoir: elle appuyait son paganisme sur des raisons humaines. C'est alors que la Vierge Marie lui apparut accompagnée de Jésus qu'elle lui présenta, en lui demandant si elle voulait bien L'accepter en mariage.  Catherine était d'accord, mais Jésus lui fit savoir qu'Il ne voulait pas d'elle, car Il la trouvait trop laide…  

Profondément vexée, Catherine alla trouver un vieil ermite qui lui expliqua que ce n'était pas son corps qui était laid mais son âme remplie d'orgueil... Immédiatement la "princesse" se convertit et reçut le Baptême. Dès qu’elle l’eut reçu, Jésus lui apparut et Catherine Le prit comme époux. Désormais, elle mena une vie pénitente et de nombreuses personnes se convertirent grâce à elle. Mais c'était sans compter avec l'empereur Maximin. 

Nous savons que Catherine, très intelligente, avait suivi les leçons des plus grands maîtres chrétiens de l’école d’Alexandrie, et acquit la science des Docteurs. L'hagiographie chrétienne raconte aussi que l'empereur de Rome, Maximin, était venu à Alexandrie, pour y présider une grande fête païenne. Catherine tenta d'amener Maximin à se convertir au christianisme, ce qui le jeta dans une grande colère. Aussi, la fête achevée, réunit-il cinquante savants philosophes et docteurs du paganisme, et leur ordonna de discuter avec Catherine. Catherine se prépara par la prière et par le jeûne, et elle commença la discussion. Son discours sur la religion de Jésus-Christ comparée au culte des faux dieux, fut si sublime, que les cinquante philosophes proclamèrent la vérité de la croyance de Catherine. L'empereur les fit immédiatement mettre à mort. Ils auraient été brûlés vif… 

Cependant Maximin, plein d’admiration pour la beauté et les hautes qualités de Catherine, voulut l'épouser, mais il se heurta à un refus bien prévisible. Maximin enferma Catherine dans un cachot pendant douze jours où selon la légende la jeune fille fut nourrie par une colombe. Puis l'empereur ordonna de la faire torturer en usant d'une machine constituée de roues garnies de pointes. Par un miracle divin, les roues se brisèrent sur son corps, et les pointes aveuglèrent les bourreaux. Maximin ordonna alors qu'elle fût décapitée. La légende raconte que de son cou a jailli du lait au lieu de sang. On raconte aussi que des anges auraient transporté son corps sur le Mont Sinaï. Catherine mourut le 25 novembre 305 ou 307 ou encore 310 dans la cité d’Alexandrie. Elle avait demandé au Christ que son corps fût respecté et que l’ère des persécutions prît bientôt fin. 

Une tradition nous assure que des chrétiens d’Égypte découvrirent le corps de Catherine vers le VIII ème siècle, là où il avait été enterré quatre ou cinq cents ans plus tôt, puis que des anges transportèrent ce corps sur le mont Sinaï. D'autres disent aussi que le corps de sainte Catherine fut découvert sur le mont Sinaï, mais au XVe siècle, ce qui accrédita la thèse que des anges avaient transporté son corps sur la montagne de l'Alliance. Son culte reste très vivant au monastère situé au pied du Mont-Sinaï. 

Sainte Catherine est invoquée par les femmes qui allaitent, pour soulager les douleurs de la migraine, et pour préserver des naufrages. Elle est la patronne des philosophes, des écoliers, des rémouleurs, des tanneurs, des tourneurs. Elle est aussi une des saintes entendues par Jeanne d'Arc. La dévotion à sainte Catherine a été l'une des plus répandues en Europe, y compris dans les églises orthodoxes. 

Autrefois, le 25 novembre, jour de sa fête, des jeunes filles célibataires venaient honorer sa statue et renouveler sa coiffure. C'est de là que vient l'expression "coiffer sainte Catherine", ainsi que la coutume, dans le milieu de la mode, du bal des catherinettes. Les moines du monastère Sainte Catherine du Sinaï sont les gardiens du tombeau de la sainte. Les membres de l'Ordre de Sainte Catherine du Mont Sinaï ont pour tâche de défendre le tombeau et le monastère contre les ennemis du christianisme. 

Pour finir, citons une autre petite légende: l’impératrice, épouse de Maximin, aurait voulu voir Catherine dans son cachot. En entrant dans le cachot, elle découvrit son visage resplendissant comme le soleil. L’impératrice prit la défense de Catherine; néanmoins, Maximin décida de lui infliger le supplice de la roue garnie de pointes de fer puis de la décapiter.

Paulette Leblanc

 

 

pour toute suggestion ou demande d'informations