SEIGNEUR, APPRENEZ-NOUS A PRIER

 

143

Tout va à l'envers dans notre monde. Les âmes semblent se perdre avec allégresse car elles ne connaissent plus Dieu et elles ne savent pas distinguer le bien du mal. Oui, Dieu est miséricordieux, mais, à Gethsémani, Jésus agonisait également à cause de nous, de nos péchés, des indifférences du monde vis à vis de Dieu. Car si Dieu est miséricordieux, Il est aussi justice… Dieu est Amour, mais Il est aussi Vérité. Et nous savons que Dieu nous juge tous pour nous inciter à la conversion. Mais tout cela est-il vrai? Et Dieu existe-t-Il? Nous avons parfois l'impression de ne plus rien savoir… Et pourtant la science moderne avance et nous révèle Dieu de plus en plus; mais on ne veut pas Le voir. Les découvertes récentes de la science moderne, devraient nous faire peur. Car certains savants sont en train de découvrir que tout est ondes dans l'univers, et tout est transformé en ondes autour de nous; et nous recevons ces ondes. Et chacun de nous est ondes, nous baignons dans ces ondes. Donc, si nous baignons dans les ondes qu'est la création, nous baignons en Dieu. Il nous est de plus en plus impossible de ne pas revenir à Dieu, à travers nos univers matériels qui deviennent spirituels. Et nous devrions revenir  à Dieu, au Dieu aimant et agissant qui s'est révélé aux hommes. Pourtant nos contemporains s'éloignent de plus en plus de Dieu qui semble se taire, du moins en apparence. Alors?

Certes il y a quelques rayons d'espérance, mais seulement là où notre Église catholique refusait d'aller depuis près de cinquante ans: fraternités traditionalistes ou charismatiques particulièrement. Là naissent des vocations. Seigneur, nous Vous appelons: Où est votre Vérité? Seigneur notre Dieu, ayez pitié de nous et faites que les hommes Vous aiment, qu'ils Vous connaissent. Envoyez des apôtres, des missionnaires qui Vous proclameraient. Chassez Satan, mais faites vite! Souvenez-Vous, Jésus, de votre dernière Parole adressée à vos apôtres, juste avant votre Ascension: "Maintenant allez! Enseignez toutes les nations!..." Seigneur, envoyez-nous des semeurs d'Évangile, envoyez des ouvriers à votre moisson.

Parfois nous nous surprenons à prier d'une manière étrange. Nous prions comme d'habitude, nous nous adressons à Dieu et nous Lui adressons nos demandes. Mais soudain nous avons l'impression de prier pour Dieu!... Pour que tous les hommes Le connaissent, qu'ils L'aiment, et, pour cela, qu'ils observent ses commandements. Parfois,  nous lisons, et même nous nous surprenons à dire, comme l'ont fait certains saints: "Je veux consoler Jésus!..." N'est-ce pas complètement insensé, surtout lorsque nous savons que Dieu n'a besoin de rien, sauf de notre amour? Et pourtant, c'est bien Jésus qui a demandé à tant de mystiques qu'on Le console. En effet, immense fut sa souffrance à Gethsémani et sur la Croix; et souvent Jésus reste seul dans les tabernacles de ses églises que si peu de personnes viennent visiter. D'où les appels de Jésus et la réponse de nombreuses âmes saintes et particulièrement généreuses qui veulent "consoler" Jésus. Car les agonies de Jésus, à Gethsémani et sur la Croix sont toujours actuelles: en effet, les hommes continuent à pécher et à rejeter la Loi de Dieu. D'où les plaintes réitérées de Jésus…

Pourtant on entend souvent dire: aujourd'hui, Jésus est ressuscité et Il ne souffre plus…

Certes, dans son humanité Jésus ne souffre plus, mais notre monde déchristianisé est toujours présent dans son agonie de Gethsémani, qui se poursuit, et dont nous sommes tous la cause. Le chrétien peut alors se dire: oui, je veux consoler Jésus à Gethsémani en rendant ma vie plus chrétienne, en priant davantage, en pardonnant à ceux qui me font du mal et en lui offrant toutes mes souffrances… Et ces chrétiens comprennent que leur souffrance est celle de Jésus, celle que Jésus a soufferte à lors de son Agonie à Gethsémani. Et nous comprenons que nous étions tous présents à Gethsémani, dans la Pensée de Jésus; nous comprenons que nous aussi, pécheurs, nous Le faisions souffrir à cause de nos révoltes, de nos indifférences. Heureusement, quelques âmes généreuses qui se sont repenties et cherchent à mieux diriger leur vie, au contraire, Le consolent. Hélas, si peu d'hommes comprennent cela et tant de cœurs restent fermés à l'amour de Jésus.

Jésus pleure… Étrange! Pourtant, Il pourrait faire quelque chose puisqu'Il est Dieu, "assis à la droite du Père". Pourquoi ce silence, cette apparente inertie, et sa souffrance qui ne s'apaise pas? Nous ne comprenons pas, nous avons mal, nous pleurons et nous prions: "Mon Dieu, Père adoré, consolez votre Fils crucifié. Revenez vers Lui, faites quelque chose." Apparemment nous disons n'importe quoi tant nous sommes atterrés, écrasés, brisés… Le pauvre chrétien de bonne foi ne sait plus rien et il prie pour Dieu, pour qu'on Le connaisse et qu'on L'aime… Seigneur! Que se passe-t-il? Avons-nous perdu la tête?

Voici que notre prière s'apaise, notre cri se fait plus confiant, plus aimant aussi. Oui, nous voulons aimer Dieu, faire sa volonté, mais nous ne savons pas très bien faire. Nous voulons répondre à ses désirs, que nous croyons connaître, mais si mal. Et pourtant… Revoyons nos vies. Tout ce qui nous est arrivé tout au long de nos chemins parfois obscurs, étaient-ils aussi étranges que nous le pensions? Tout ce qui nous est arrivé dans la vie, n'était-il pas voulu par Dieu? Car il n'y a pas de hasard dans les événements ou les circonstances qui se produisent; même les choses les plus déconcertantes que nous avons vécues ou que nous vivons aujourd'hui avaient été prévues par Dieu. Mais comme Dieu nous laisse toujours notre liberté, il nous reste toujours le choix définitif à faire, c'est-à-dire accepter l'amour "dans la relation amoureuse que Dieu nous propose, relation amoureuse qui doit grandir à un point tel que nous puissions la ressentir, même dans les situations de vive agitation extérieure." (d'après Léandre Lachance)

Jésus, nous réfléchissons, nous méditons vos paroles et nous nous efforçons de les comprendre. Alors, comment se fait-il que ayons toujours tellement de mal à les accepter et à les mettre en œuvre? Seigneur, faîtes jaillir en nous la prière que vous attendez:

– Oui, Seigneur, nous voulons Vous laisser nous aimer et laisser croître cette relation amoureuse dont nous commençons à vivre. Oui, Seigneur, nous voulons Vous donner ce que nous avons tellement tendance à garder ou reprendre. Mais aidez-nous, Seigneur! Oui, nous voulons aimer, mais nous ne savons pas faire!!! Nous avons  tellement besoin d'être aidés, conseillés, soutenus! Qui peut remplir ce rôle? Mais naturellement Vous Seigneur, par l'intermédiaire  des éducateurs, des prêtres et des pères spirituels.

Instantanément un nouvel obstacle surgit: pourquoi nos évêques, nos prêtres et la plupart des discours de nos responsables religieux ne parlent-ils plus de Dieu. On parle de social, de charité, c'est très bien, mais Dieu est toujours oublié: pourquoi? Ainsi, récemment, eut lieu une émission sur Charles de Foucault. Cette émission était intéressante, mais pas une seule fois le nom de Dieu ou de Jésus ne fut prononcé… Une  Petite Sœur de Charles de Foucault parla de sa vie, de sa présence au milieu des pauvres et des non chrétiens, mais de Jésus, jamais. D'après elle, son seul témoignage, c'était sa gentillesse, son bonheur, mais de Dieu, de Jésus, elle ne parla pas. Et encore moins de sa vie spirituelle et amoureuse avec Dieu. Cela, c'est encore une preuve que l'on a complètement oublié les dernières paroles de Jésus, que nous venons de rappeler: "Maintenant, allez! Enseignez toutes les nations, baptisez-les au Nom du père et du Fils et du Saint-Esprit." C'est bien ce qu'ont fait tous les apôtres, après la pentecôte, quand ils sont allés dans le monde entier pour prêcher l'Évangile; les missionnaires ont fait la même chose pendant des siècles, jusqu'au XXe siècle. Pourquoi nos missionnaires et nos prêtres ne le font-ils plus aujourd'hui?

Maintenant, les chrétiens se taisent… Pourquoi? Jésus que se passe-t-il? Oui, notre prière est très étrange car elle concerne autant Dieu que tous les hommes. Seigneur! Apprenez-nous à Vous faire connaître et à Vous faire aimer. Faites de chacun d'entre nous les missionnaires dont Vous voulez avoir besoin. Et des missionnaires qui sachent prier, qui sachent Vous écouter, écouter vos paroles et les mettre en pratique, pour évangéliser. Seigneur apprenez-nous à prier, à nous unir à vous, à Dieu, et à faire la volonté de Dieu. Seigneur, apprenez-nous à prier comme Vous voulez que l'on Vous prie…

Paulette Leblanc

pour toute suggestion ou demande d'informations