NOTRE DAME DE BÉCHOUATE
à Deir El-Ahmar (Liban)

Notre-Dame de Béchouate

Introduction

Mes amis, le journal LA CROIX du mercredi 16 août 2017, publiait un article intitulé "Au Liban, les miraculés de Notre-Dame de Béchouate." Naturellement j'ai voulu en savoir plus, et j'ai découvert qu'une statue représentant Notre-Dame de Pontmain était installée à Bechouate depuis plus d'un siècle et que cette statue faisait des miracles. Cette statue est comme un lien existant entre Pontmain et Béchouate, lien dont on parle très souvent. Il faut aussi savoir que la Vierge Marie lors de son apparition à Pontmain le 17 janvier 1871, ne parla jamais, mais une grande banderole apparut sur laquelle était inscrite la phrase suivante: “Mais priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher.”

L’apparition de la Vierge Marie à Pontmain montre que notre Mère à tous exauce ceux qui ont recours à Elle et que la prière possède le pouvoir d’arrêter les guerres et le mal. Si de nombreux fidèles s’étant rendus dans la Mayenne ont fait état de grâces reçues à l’occasion de pèlerinages, Notre-Dame de Pontmain réalise aujourd’hui encore des prodiges, cette fois-ci au Liban.

Les faits

Mais que se passe-t-il donc au Liban? Une statue représentant la Sainte Vierge telle qu’Elle est apparue à Pontmain en 1871, s’anima en août 2004 et opéra des guérisons miraculeuses au Sanctuaire de Notre-Dame de Béchouate situé à Deir El-Ahmar, à une centaine de kilomètres de Beyrouth, dans la plaine de la Bekaa, zone frontalière où les différentes factions belligérantes commercialisent du cannabis et du pavot, dans une enclave chrétienne isolée au milieu de villages chiites. Le 21 août 2004, deux touristes jordaniens, musulmans sunnites, et un enfant de 9 ans, Muhammad al-Hawadi, pénétrèrent dans l’église de Béchouate, un village maronite de la plaine de la Bekaa, au Liban. Ils étaient accompagnés d’un ami de la famille, chrétien maronite. L’objet de leur visite n’était pas religieux: ils n'étaient pas venus là pour prier, mais pour visiter une église de petite dimension construite en 1830. Incontestablement ils se comportaient comme des touristes, tout en maintenant la distance nécessaire à ceux qui venaient prier. Soudain, devant la statue représentant la Vierge Marie de Pontmain, l'enfant demanda:

– Ammo François, c'est–à-dire Oncle François, qui est cette femme qui me sourit? Puis, l'enfant ajouta:

– Cette statue est-elle électriquement animée? 

L'ami de la famille répondit d'abord qu’il ne s’agissait "que d’une statue de plâtre, qui ne bouge, ni ne sourit", mais, s’approchant, il aperçut un mouvement du chapelet passé autour des mains jointes de la statue. Un fidèle, originaire du village, présent dans l’église se joignit au groupe et s’exclama que lui aussi voyait "les yeux de la Vierge s’animer comme pour faire le signe de croix". C’est alors qu’une prière, "plus grande que son âge, sortit des lèvres" du jeune garçon musulman :

– Salut à toi, Vierge Marie, Reine du monde, de la paix et de l’amour. Des vieillards, des enfants et des femmes tombent de par le monde. Instaure la paix, l’amour et la liberté sur la face de la terre, ô Reine du monde.

Les “signes”

Quelques instants plus tard, les visiteurs virent une "huile odorante" s’écouler de la statue de la Vierge. Un habitant du village s’empressa de faire sonner les cloches. Le soir même, les premiers pèlerins affluaient, et de nombreux fidèles constatèrent que la statue exsudait une huile odorante. Le lendemain, une foule de dévots se pressait dans la chapelle. L’événement transforma, en quelques jours, un village isolé en un vaste centre de pèlerinages interreligieux réunissant des dévots de différentes confessions, chrétiens et musulmans. Des dizaines de milliers de pèlerins de tout le Liban et des pays voisins arrivèrent et continuent à arriver.

Mais ce n'est pas tout. Le 29 août 2004 soit huit jours seulement après le miracle précédent, le Ciel envoya un nouveau signe, encore plus fort. Un jeune étudiant, Serge Nakhlé, paralysé à 75% à la suite d’une chute depuis un balcon, et devenu complètement insensible du côté droit, venu en pèlerinage avec une partie de sa famille, se mit à prier devant la statue de la Sainte Vierge et demanda:

– Donne-moi seulement un signe que ce que je demande n’est pas impossible à Dieu.

Immédiatement, la statue de la Vierge Marie fit un signe de croix avec le crucifix qu’elle tenait dans ses deux mains et ses yeux s’animèrent, évoquant à nouveau le signe de croix. Immédiatement la famille de Serge s’éloigna de la foule pour rejoindre sa voiture, mais avant de partir, la mère du jeune homme, inquiète, lui demanda s’il ne souhaitait pas retourner devant la statue. Serge répondit affirmativement et entra à l’intérieur de la petite église, et, comme en extase, se rendit à nouveau devant la statue, mais sans utiliser son déambulateur. Bientôt il se rendit compte que sa famille pleurait, mais des larmes de joie. En effet, Serge se tenait debout, sans son déambulateur et sans aucune aide ; de plus, la sensibilité de tout son côté droit était revenue. Notons ici que toute cette scène fut filmée.

Rentré à la maison, le jeune homme poursuivit sa rééducation, bien qu'il ait retrouvé tout son sens de l’équilibre qu’il avait perdu suite à l’accident. Son médecin ne comprit pas cette extraordinaire guérison. Notons ici que depuis le mois d’août 2004, d’autres guérisons physiques ont été évoquées, notamment un cas d’hémiplégie et un autre relatif à de graves problèmes articulaires.

Face à l’affluence des fidèles, et sous la direction de l’Évêque du lieu, les responsables de l'église de Béchouate s'organisèrent. Il y a aujourd'hui huit Messes quotidiennes, une toutes les heures et demi. Les prêtres conduisent une procession autour de l’église et assurent la confession de très nombreux pèlerins. Peu à peu, la population locale favorisa l’accueil des fidèles : restauration et distribution d’eau potable notamment. Des services de premiers secours ont été mis en place.

Le Père Claude Poussier, qui était en 2004, recteur du Sanctuaire marial de Pontmain, se rendit à Béchouate du 22 janvier au 3 février 2005 afin de s’entretenir avec les autorités religieuses locales. Monseigneur Mounged El Hachem lui parla de l’extraordinaire affluence des pèlerins au sanctuaire de Béchouate-Pontmain : plus d'un million de personnes en 5 mois à peine. Et les pèlerins, venant du Liban, de Syrie, de Jordanie et d’Égypte, étaient des chrétiens et des musulmans. Pendant la présence du recteur français de Pontmain, 35 cas de guérison furent enregistrés. De plus, l’Évêque libanais précisa qu'on assistait à “d’extraordinaires améliorations de santé et des guérisons intérieures en grand nombre.”

La position de l’Église

Aujourd'hui, les autorités religieuses cherchent à comprendre le sens des manifestations de la Sainte Vierge à Béchouate. L’Évêque du lieu pense que, “le monde étant en train de vivre des événements extrêmement graves du fait de la tension entre Orient et Occident, entre Christianisme et Islam, les manifestations de la Sainte Vierge à Béchouate sont un appel à ne pas vivre dans la peur et à créer l’entente entre chrétiens et musulmans.” Le Père Claude Poussier estime que pour “le Liban qui vit actuellement un moment crucial de son histoire, le message de Notre-Dame de Pontmain, fait d’appels à la prière confiante et persévérante, d’espérance et de paix, conserve toute sa force et son actualité. Béchouate est un signe qui est donné à tous, un appel à la fraternité et à l’entente entre des communautés différentes. Que ce message soit lumière et grâce pour le Liban, pour le Moyen-Orient, pour notre monde déchiré et blessé!”

Conclusion

Que pouvons-nous conclure? C'est un enfant de 9 ans, Muhammad al-Hawadi, incontestablement d'une famille musulmane, qui prononça l'extraordinaire prière “Salut à toi, Vierge Marie, Reine du monde, de la paix et de l’amour. Des vieillards, des enfants et des femmes tombent de par le monde. Instaure la paix, l’amour et la liberté sur la face de la terre, ô Reine du monde.” Cette prière exprime que par Marie peuvent venir trois dons nécessaires à toute la région: la paix, l'amour et la liberté. De nombreux chrétiens et des musulmans viennent prier dans la petite église de Béchouate. Alors, la présence de Marie manifestée par des signes et des guérisons, serait-elle un appel destiné à inciter les populations libanaises et du Moyen-Orient à se réconcilier? Remarquons que l'Église, avec juste raison, reste encore très prudente concernant l'authenticité des phénomènes se manifestant à Béchouate. Cependant, le nombre des confessions ayant lieu lors de chaque pèlerinage ne peut qu'inciter les pays du Moyen-Orient en guerre, à la paix, à l'amour et à la liberté.

Paulette Leblanc

pour toute suggestion ou demande d'informations