LA PLUS GRANDE DES URGENCES:
faire connaître Jésus-Christ

 

122

Pendant de nombreuses années, certaines réflexions de prêtres, d'évêques, voire de cardinaux au sujet du péché, de l'éducation ou de l'évangélisation pouvaient nous étonner. En effet, pour ces prêtres, le péché n'était qu'une erreur… et l'évangélisation fut remplacée par le respect de l'autre; quant à l'éducation, c'est-à-dire la connaissance des commandements de Dieu, donc de la Loi naturelle ou morale, on l'a presque totalement oubliée. Pourtant Jésus avait montré comment on devait vivre les commandements de Dieu. Ainsi, Jésus n'abandonna pas sa mère tandis qu'Il mourait sur la croix, mais Il la confia à Saint Jean, selon le 4e commandement de Dieu: "Honore ton père et ta mère." De plus, souvent, dans la Bible il est demandé de s'occuper de la veuve et de l'orphelin, car, à l'époque de Jésus, ils n'avaient rien pour vivre.

L'évangélisation, c'est primordial; souvenons-nous des dernières paroles de Jésus: "Allez, enseignez toutes les nations. Baptisez-les au Nom  du Père et du Fils et du Saint-Esprit" Quant au péché, Jésus a été très clair: c'est pour délivrer les hommes de l'emprise du péché que Lui, Verbe de Dieu, Il s'est incarné, et Il ira jusqu'à la crucifixion. Lorsque les prêtres que j'évoque disaient qu'il fallait être prudent, donc qu'il fallait respecter les personnes, savaient-ils que la prudence, ce n'est pas ne rien faire. Respecter l'autre, ce n'est pas le priver de la Bonne Nouvelle.  

Le Bon Pasteur nourrit ses brebis, et parfois il donne sa vie pour elles. Contemplons Jésus. Incontestablement, tant que son Heure ne fut pas venue, Jésus était parfois prudent, notamment lorsqu'on voulait l'arrêter. Mais lorsqu'il s'agissait de dire la vérité il n'était pas prudent; tout le monde se souvient de son attitude vis à vis des marchands du temple ou de ses réflexions aux pharisiens hypocrites. Mais, lorsque l'Heure du Sacrifice, l'Heure de sa Passion son Heure, fut arrivée, Jésus ne fut plus prudent du tout... Malgré les conseils qui lui étaient donnés, Il alla à Jérusalem… Il fut arrêté puis crucifié comme Il l'avait dit. Ensuite, après son Ascension, Il laissera ses apôtres poursuivre son travail; et ces bons pasteurs donneront, eux aussi, leur vie pour leurs brebis, et leur sacrifice sera semence de chrétiens. Cela continua tout au long des siècles. Et cela doit toujours continuer, Jésus le veut, car Il veut que tous les hommes soient correctement évangélisés pour pouvoir se convertir et revenir à Dieu, donc au salut. 

Dieu veut la conversion des méchants, donc forcément des ignorants, quoique cela soit beaucoup plus difficile. Et là, la prudence n'est pas de mise. Ainsi, lorsque les musulmans, via les turcs, persécutèrent trop les chrétiens de Terre sainte, et même les pèlerins, l'Église lança les Croisades. Il faut enfin faire cesser les mensonges concernant les Croisades; les croisades ne furent pas lancées pour conquérir des territoires mais pour défendre des chrétiens persécutés. Certes, il y eut des seigneurs féodaux qui se conduisirent très mal, mais ce n'était pas le but des Croisades, ni de l'Église. De même, en ce qui concerne les guerres de religion, en France, ces guerres furent le plus souvent des guerres féodales. C'est trop facile de toujours accuser l'Église pour justifier ses erreurs! Oui! Il y a toujours eu des brebis galeuses, mais l'Église véritable ne persécute pas; d'ailleurs elle ne le peut pas car Jésus a dit: ""Aimez vos ennemis… Bénissez ceux qui vous maudissent… Faîtes du bien à ceux qui vous veulent du mal…" 

La doctrine de Jésus est une doctrine d'amour universel. Cependant, on doit aussi constater, que Jésus n'a pas interdit que, dans certains cas, les hommes se défendent. C'est le devoir des chrétiens de défendre ses enfants, ses amis lorsqu'ils sont en danger. Ainsi, contre l'islam, le plus grand danger aujourd'hui, contre l'islam, il faut défendre les chrétiens persécutés, sinon ce qui est arrivé aux Arméniens en 1915 recommencera, avec des millions de morts. Cela est d'ailleurs déjà arrivé au Kosovo, en Europe, dans l'ancienne Yougoslavie, où les musulmans chassèrent ou tuèrent les chrétiens. Cela se passe encore aujourd'hui, sous nos yeux. Les chrétiens du Kosovo nous appelaient au secours, mais personne ne fit rien et les médias se taisaient. Et puis, maintenant il y a tous les massacres perpétués au Moyen-Orient et en Afrique où l'on compte déjà presque deux millions de morts.  

Après le communisme, c'est l'islam le nouveau persécuteur. Certes Jésus a demandé d'aimer ses ennemis, mais il est aussi "le chemin, la vérité et la vie." Oui! Il y a l'exemple des martyrs qui, en mourant, disaient: Père, pardonne-leur…" Avons-nous, aujourd'hui, le droit de nous taire? C'est sûr, les musulmans dans leur grande majorité, ne savent pas ce qu'ils font, ayant été intoxiqués par le Coran, depuis leur plus jeune âge. Ils ne connaissent que le Coran, et rien d'autre. De plus, aujourd'hui, les extrémistes musulmans ne retiennent que les sourates les plus pernicieuses, celles qui conduisent aux attentats et même aux suicides pour pouvoir tuer davantage de non musulmans… L'urgence est donc, pour les chrétiens, de revenir au bon sens, de prêcher Jésus à temps et à contre temps et de prier, de prier aussi beaucoup, pour les musulmans. Et peut-être aussi, en France, de commencer à prendre les moyens pour la protection de certains quartiers très exposés, et pour remédier à toutes les exactions qui, partout dans le monde, rendent de plus en plus souvent, la vie des chrétiens insupportable. 

Revenons à l'enseignement. Notre pape François bouscule parfois les évêques, en insistant pour qu'ils aillent trouver leurs ouailles et pour qu'ils les instruisent. Incontestablement, dans nos diocèses, les fidèles manquent du véritable enseignement. On parle beaucoup de la pauvreté matérielle, mais très rarement de la pauvreté spirituelle. Pourtant, la véritable pauvreté c'est l'ignorance spirituelle. Il faut d'urgence ré-enseigner le catéchisme, le vrai catéchisme, pour montrer à nos enfants et à nos jeunes ce qu'est l'amour véritable qui débouche toujours sur la paix. Il faudrait aussi réapprendre la vérité aux générations qui ont été privées de Dieu. Oui, il faut enseigner Dieu, et Jésus-Christ, par tous les moyens mis à notre disposition. Il faut aussi travailler avec Internet, ce merveilleux outil qui, bien utilisé, pourrait devenir un moyen efficace pour l'apostolat. 

Nous devons tous évangéliser, sans nous lasser malgré les apparences d'échec. Nous devons utiliser tous les moyens, malgré les difficultés ou nos insuffisances. Et nous devons êtres des modèles vivants du bonheur que l'on trouve en servant Dieu et ses enfants. Cela est de plus en plus urgent dans notre monde où tant de pauvres gens ne connaissent plus rien, donc plus rien de Dieu. Comment vont-ils découvrir Dieu? Et comment apprendront-ils que la Loi de Dieu nous libère. Non la Loi de Dieu n'est pas une contrainte, mais un amour, un bonheur. Nous devons montrer aux gens comment l'obéissance nous rend libres; et comme l'obéissance exige de notre part une certaine volonté, nous découvrirons comment la volonté nous donne la force, et comment la maîtrise de soi fait de nous des êtres fiers tout en demeurant humbles, car nous avons toujours des difficultés pour obéir et nous nous rendons compte que c'est la grâce de Dieu qui nous permet d'agir. D'où une petite équation:  

Obéissance + volonté + difficultés nées de nos résistances + humilité = réussite + bonheur + bonheur des autres et la paix.  

De la volonté de Dieu naît le bonheur, comme de la foi naît la raison. Théoriquement tout cela est facile à comprendre, mais la principale difficulté qui est aussi une condition fondamentale que rencontrent les convertis pour obéir et appartenir à Dieu, c'est de changer de vie. 

Je reviens à l'urgence de faire connaître Jésus-Christ. Nos contemporains qui ont perdu Dieu, courent après tous les plaisirs. Mais rapidement les gens s'aperçoivent que les plaisirs laissent toujours le cœur vide. Alors, à quoi ça sert, la vie? À rien! Alors nos jeunes, et d'autres, se suicident… De plus, des lois ignobles, toutes suicidaires, ont été insérées dans la vie des occidentaux, et d'autres lois tout aussi ignobles se préparent, mais très discrètement. Vite, nous devons évangéliser, redonner Dieu qui seul redonnera un sens à la vie des hommes. Seigneur, viens nous aider, car sans ta grâce, indispensable, nous ne saurons pas Te faire connaître comme il faut; sans ta grâce au cœur des pauvres spirituels, nous ne serons pas écoutés. Ou plutôt, c'est Toi, Jésus, qui ne seras pas reconnu, Toi qui ne seras pas compris. 

Seigneur, viens vite nous aider à faire connaître ta Bonne Nouvelle. Tu sais bien que c'est urgent…

Paulette Leblanc – Novembre 2014

pour toute suggestion ou demande d'informations