IMPORTANCE DE L' EUCHARISTIE

Eucharistie et Trinité

Dans le chapitre 5 de la Première Lettre de Saint Pierre, versets 8 à 11, nous pouvons lire: "Le diable, votre adversaire, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer... Résistez-lui, fermes dans la foi, sachant que c'est le même genre de souffrance que la communauté de frères, répandue dans le monde, supporte."  (1 P 5, 8-11) Ainsi, tous ceux qui aiment le Christ, le Fils de Dieu, connaissent, quelle que soit leur situation géographique, ce même genre de souffrances. Donc nos plaintes personnelles: "Jésus, je suis fatigué! Jésus je n'en peux plus! Jésus faîtes quelque chose... " nos plaintes concernent surtout, aujourd'hui, des fatigues non physiques mais psychologiques, qui expriment bien la fatigue et la souffrance de l'Église, du Cœur Eucharistique de Jésus dans ses tabernacles délaissés, de Dieu qui est si souvent rejeté. Étrange! Nous souffrons la souffrance de Dieu!!! Mais quand Dieu souffre, ce n'est pas pour Lui qu'Il souffre; cette souffrance divine "naît" à cause des hommes malheureux, malheureux car ils ont abandonné Dieu. Et Dieu qui aime tous les hommes, "souffre" à cause de la douleur de ceux qu'Il aime toujours; et ceux qui aiment Dieu souffrent de la douleur de Dieu...

Ce mystère est si grand que nous avons besoin de commencer par nous l'expliquer à nous-mêmes. Les hommes ont péché et sont malheureux parce qu'ils ont abandonné Dieu. Alors Dieu décida de venir "partager" la vie des hommes pour leur apprendre à résister aux tentations de l'ennemi, et à demeurer fermes dans la foi. Dieu incarna sa Parole en Jésus-Christ. Et nous, nous "comparons" souvent nos vies humaines à celle de Jésus, Dieu et homme, durant sa vie sur la terre. Ainsi, nous pouvons essayer d'imaginer quelques-unes des relations établies d'abord entre Jésus et le Père, puis entre Jésus et nous. Et nous comprendrons que Jésus veut nous enseigner les choses de Dieu et nous sauver. Ensuite, nous découvrirons Jésus dans son Eucharistie où Il revit à chaque instant son immense douleur de Gethsémani. Et peut-être que, face aux événements douloureux que traverse actuellement son Église, nous rejoindrons Jésus-Eucharistie et, toutes proportions gardées, bien sûr, et chacun à son échelle, nous nous associerons aux souffrances de Jésus-Eucharistie. Ces choses sont difficiles à exprimer, mais nous allons tout de même essayer de le faire.

Depuis toute éternité, le Père et Jésus, Verbe de Dieu, ne font qu'un. Leur Amour mutuel, l'Esprit-Saint, constatant les détresses des hommes pécheurs, décide d'envoyer le Verbe au milieu des hommes: c'est ainsi que le Verbe se fait chair... Et le Verbe, qui ne connaîtra pas le péché, partage cependant la vie des hommes pour connaître leurs joies, leurs peines et surtout leurs souffrances... Pourtant, régulièrement, Jésus retourne au Père; et Il vit, dans l'Amour, l'union intense qui le lie au Père, dans l'unité de la Trinité. L'homme Jésus, Un avec le Père, "voit" la déchirure que le péché a suscitée dans l'humanité et la rupture du lien qui reliait cette humanité à Dieu. Jésus va recréer ce lien et le rendre définitif. Ce lien doit être immortel et exister partout dans le monde, être visible et disponible pour chaque homme: Jésus pour créer ce lien, inventa l'Eucharistie qui est Lui tout entier et présent pour nous à chaque instant. Et cela dans l'Action de Grâces rendue au Père.

Contemplons Jésus qui va instituer l'Eucharistie, le jour le plus solennel de sa vie terrestre, après sa dernière Pâque juive. C'est dans la douleur immense du rejet de son peuple qui prépare sa mort et sa crucifixion que Jésus institue la première Pâque chrétienne. Il prend le pain et le vin, les offre au Père et les donne à ses disciples: "Prenez, mangez, buvez, ceci est mon Corps livré, ceci est mon Sang versé!" Les apôtres ne comprennent pas, mais ils adorent, ils prient, intensément, comme peut-être ils n'avaient jamais encore prié. Mais ils restent faibles dans leur chair et Jésus dira bientôt, en arrivant à Gethsémani: "Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation..." La Passion va commencer, mais Jésus a fait le nécessaire pour rester avec les hommes jusqu'à la fin des temps.

L'Eucharistie, c'est Jésus toujours présent pour nous les hommes. L'adorer, Le recevoir, ce devrait être pour chaque homme, un besoin vital, constant, une nécessité absolue; de plus, l'Eucharistie c'est, pour les catholiques, le passage obligatoire pour s'unir véritablement à Dieu. Et si Jésus a choisi l'Eucharistie, visible, sensible, c'est qu'Il savait, mieux que quiconque, que les hommes ne peuvent pas toujours vivre dans l'abstrait, mais qu'ils ont besoin de "sentir", car ils ne connaissent que par leurs sens. Et le Cœur Eucharistique de Jésus, qui chaque jour se redonne à nous est le trait d'union, le lien sensible entre les hommes et Dieu. Tous les vrais mystiques ont adoré l'Eucharistie pour trouver Dieu le Père, avec le Fils, grâce au Saint-Esprit. Ainsi, l'Eucharistie nous dévoile aussi le mystère de la Trinité. Oui, nous adorons le Cœur Eucharistique de Jésus pour trouver le Père et l'Amour mutuel du Père et du Fils, le Saint-Esprit. Ainsi, nous nous unissons à la Trinité Sainte, le seul et unique Dieu que nous vénérons, que nous adorons et que nous aimons.

La science ayant envahi notre monde moderne, c'est souvent grâce à la science que nous affermissons notre foi. Nous allons prendre quelques exemples. Tout d'abord revoyons l'histoire de notre cosmos. On pense avoir découvert le bigbang, mais avant, qu'y avait-il? On ne sait pas, on est sûr maintenant qu'il y avait quelque chose, mais, on ne veut pas dire le nom: Dieu. Après le bigbang, ce fut le chaos, mais un chaos conduit par des lois précises qui ont conduit à la formation des univers, des étoiles et des planètes, puis de la terre.

Sur la terre qui s'était enfin formée, vint la vie. Certes, au départ, ce n'était pas extraordinaire, mais les lois imposées aboutirent à la formation des merveilles dans lesquelles nous vivons et que nous ne pouvons pas nous empêcher d'admirer. Il y l'eau, et les montagnes, et les cascades, et les arbres, et toute la végétation qui se reproduit sans cesse grâce aux fleurs que nous admirons tant. Puis, il y eut les animaux, et enfin l'Homme. Beaucoup de scientifiques prétendent que l'Homme descend du singe. Dans sa chair, pourquoi pas… mais un jour, Dieu "souffla" son Esprit sur sa créature matérielle la plus perfectionnée, et l'Homme fut. Homme et Femme Dieu fit l'Homme. Et l'Homme intelligent admira la nature, voulut la comprendre, développa des outils, construisit des bâtiments, puis des machines. Malheureusement, l'Homme devenu pécheur à cause du mensonge de Satan, l'Homme se mit à refuser la Loi de Dieu, puis à prétendre que Dieu n'existait pas: tout s'était fait tout seul. L'éternité n'existait pas non plus, et tout était voué à la mort… Et pourtant voici que nos scientifiques se plongent dans des études ardues pour savoir ce que la terre va devenir dans plusieurs millions d'années. On a parfois l'impression de vivre en pleine absurdité.

Donc, pour certains, Dieu n'existe pas, et pourtant ils cherchent à découvrir un futur qui ne devrait pas les intéresser, puisque, quand ce futur arrivera, ils seront morts depuis des millions d'années. Nous serons tous morts, et toutes les vies auront également disparu. Ainsi, on pense que la terre sera peut-être unie à d'autres planètes, ou engloutie par le soleil devenu une géante rouge où la vie sera impossible! Enfin, une autre question se pose: qu'en est-il de l'infiniment petit qui existe aussi, et qui est à la base de tout ce qui constitue l'infiniment grand. Nous nous trouvons devant une complexité infinie. Et cette complexité est toujours gérée par des lois. Nous nous perdons, et sans même le vouloir, nous retrouvons Dieu; Dieu qui est partout et qui gère tout. Cela est indéniable, car puisque le monde est, forcément Dieu EST.

Dieu Est, mais où est-Il, comment pouvons-nous le “voir”, Le “sentir”, “L'entendre”? L'évangile de Saint Luc (17, 20-26) nous donne la réponse.

« En ce temps-là, comme les pharisiens demandaient à Jésus quand viendrait le règne de Dieu, il prit la parole et dit:

– La venue du règne de Dieu n’est pas observable. On ne dira pas: “Voilà, il est ici!” ou bien : “Il est là !” En effet, voici que le règne de Dieu est au milieu de vous. » Sans l'avoir cherché, nous sommes revenus à l'Eucharistie, présence sensible de Dieu au milieu de nous…

Oui, le règne de Dieu est au milieu de nous. Dieu est partout, mais c'est seulement par l'Eucharistie de Jésus que les hommes peuvent le “voir”, le “toucher”, le “sentir” et découvrir la Sainte Trinité.

Paulette Leblanc

pour toute suggestion ou demande d'informations