ENSEIGNER L'EUCHARISTIE

Mes chers amis, je voudrais continuer à vous parler de la sainteté, mais je dois, aujourd'hui encore, commencer par vous faire part de certains constats. Reprenons encore une fois l'Évangile. Avant de monter au Ciel, le jour de l'Ascension, Jésus a dit à ses apôtres: "Maintenant, allez! Enseignez toutes les nations! Baptisez-les au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit!" Enseigner toutes les nations, c'est ce que nous appelons "évangéliser", c'est-à-dire être missionnaire pour faire connaître le Christ.  Alors, pourquoi ne le fait-on plus, et pourquoi des religieux missionnaires, en contact fréquent avec des musulmans, ne leur font-ils pas découvrir Jésus? Et pourquoi, lorsqu'on leur pose la question, s'écrient-ils, effarouchés: "Ah! Non! Nous les respectons trop!..." Pourtant, faire connaître Jésus, le Fils de Dieu, ce n'est pas manquer de respect.

Je dois dire que l'attitude de ces missionnaires m'épouvante un peu: si des missionnaires n'enseignent plus Jésus, alors, à quoi servent-ils? Il y a quelques années, assistant à une messe de première communion, je constatai que le prêtre, maintenant décédé, ne parla pas une seule fois de la présence de Jésus dans les hosties qu'il allait consacrer. Il parla de repas de fête, du pain spécial que les enfants allaient recevoir pour la première fois, mais de Dieu, de Jésus réellement présent dans l'Eucharistie, RIEN. En conséquence, pourquoi nous étonnerions-nous de l'attitude des enfants dont beaucoup, ne retourneront plus à la messe qu'à de rares occasions et le jour de leur profession de foi. D'ailleurs, déclara un jour une catéchiste parisienne, "Pourquoi les enfants iraient-ils à la messe puisqu'ils n'y comprennent rien?" Évidemment, comme on ne leur apprend rien, ils ne peuvent pas comprendre… Mais "chut", il ne faut pas faire de mauvais esprit…

Mes amis, dire la vérité, ce n'est pas faire du mauvais esprit, bien au contraire. Et je vais essayer de vous le prouver en vous donnant d'autres exemples que j'ai tous vécus. Il y a quelques années, j'ai dû servir de marraine de confirmation à quelques adultes récemment convertis, et assister à la première communion d'une adulte en recherche de Dieu. Là encore, aucun enseignement, ou si faible… Concernant le Saint-Esprit, au cours de deux séances de formation préalables à la confirmation, l'évêque ne parla pas du Saint-Esprit… Pourquoi refuser la Lumière à ceux qui la cherchent?

Très récemment j'ai rencontré quelques jeunes convertis qui avaient été très enthousiastes. On leur avait parlé de Jésus, de son Amour, de son Évangile, et ils étaient devenus, non seulement des disciples de Jésus, mais des apôtres. Ils évangélisaient pour expliquer leur joie. Je les ai revus récemment; ils ne vont plus à la messe. Oui, ils ont encore la foi, mais ils ne vont plus à l'église qui leur semble trop froide, trop vide spirituellement… Et l'on n'y parle pas de Jésus… Et les messes n'ont pas l'air de célébrer le sacré. Ils s'attendaient à autre chose. Je dois dire que ces déclarations m'ont beaucoup perturbée, et je pense que nous devons y réfléchir beaucoup. 

Soudain je pense à un prêtre du Bénin, qui préparait une thèse de doctorat à Paris. Il s'occupait aussi de ma paroisse. Brusquement, un dimanche, durant sa messe, je sursautai: "Mes frères, disait-il, vous devez évangéliser. Si vos pères n'avaient pas évangélisé l'Afrique, il y a trois ou quatre générations, je ne serais pas là, aujourd'hui, à dépanner votre curé." Nous nous sommes tous regardés: oui il avait raison ce prêtre africain: il faut que l'Église de France cesse de se taire, et recommence à évangéliser les nations. Et rapidement nous aurons des vocations, car tant de jeunes attendent qu'on leur demande de se donner à Dieu.

Mes amis, réfléchissons. Le dimanche, nous voyons toutes les personnes présentes à la messe aller communier. Nous savons que certaines personnes sont en état de péché mortel… Pendant longtemps, intérieurement révoltée, j'étais profondément blessée. Et j'essayais de leur trouver des excuses. Il me semble avoir enfin trouvé leur véritable excuse: est-ce qu'elle savent ce qu'elles font quand elles reçoivent l'hostie? Certaines hésitent même avant de la manger ou ne savent pas quoi en faire?... Aujourd'hui, je suis absolument certaine que de très nombreuses personnes qui communient ne savent pas ce qu'elles font. Elles ne savent pas que c'est Jésus, Jésus-Lui-même, vivant et réellement présent qu'elles reçoivent. D'ailleurs comment le sauraient-elles puisque personne ne le leur explique?

Mes amis, il est urgent de revenir à l'origine de l'Eucharistie. Durant sa vie publique Jésus avait scandalisé de nombreuses personnes lorsqu'Il avait dit que "sa chair était une vraie nourriture et son sang un vrai breuvage." Il avait même ajouté: "En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'aurez point la vie en vous-mêmes. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage." (Jean 6, 53 à 55) Beaucoup de ses disciples le quittèrent alors, car ils ne comprenaient pas. Le temps passa. Et voici que ce jour-là, après le repas pascal qu'Il avait pris avec ses apôtres, Jésus prit du pain, Il le rompit et dit: "Prenez et mangez-en tous car ceci est mon corps livré pour vous." Puis Il fit de même avec la coupe de vin. Jésus partit ensuite pour Gethsémani; sa Passion, donc notre Rédemption, commençait. Les apôtres étaient déboussolés: ils n'avaient pas compris que Jésus devait souffrir beaucoup, mourir puis ressusciter pour que tous les hommes soient sauvés. Ils ne le surent qu'au moment de la Pentecôte quand l'Esprit-Saint eut éclairé leur esprit. Instantanément ils devinrent tous évangélisateurs. Conclusion. Aujourd'hui, l'enseignement de la vérité est devenu hyper-urgent, et obligatoire. Et nous saurons tous que, aujourd'hui, lorsque nous recevons l'Eucharistie, nous recevons Jésus, présent et vivant.

Paulette Leblanc

pour toute suggestion ou demande d'informations