MIRACLES
EUCHARISTIQUES

ALATRI

Miracle d'Alatri en Italie
1228

 

Alatri est une petite ville italienne, située dans la région du Latium centrale. C'est grâce à la Bulle Pontificale du pape Grégoire IX, Fraternitas tuæ, écrite le 13 mars 1228, et adressée à l'évêque d'Alatri et à d'autres destinataires que nous avons pu rassembler les éléments suivants, concernant le Miracle Eucharistique d'Alatri.

Nous sommes en 1228. Une jeune femme, très malheureuse, cherchait, à tout prix, à retrouver l'amour de son fiancé. Pour cela, elle consulta une voyante, une femme diabolique, pour lui demander conseil. La voyante lui suggéra de lui apporter une hostie consacrée; ainsi, elle pourrait préparer une boisson spéciale, un filtre d'amour. Et grâce à ce filtre d'amour, sa cliente retrouverait l’amour de son fiancé.

Notre jeune fille s'exécuta. Quelques jours plus tard, elle réussit à conserver dans sa bouche l'Hostie qu'elle venait de recevoir du prêtre lors de la communion, et à la cacher dans un linge. Puis elle rentra chez elle, attendant de pouvoir retourner chez la voyante.

Trois jours plus tard, elle voulut retirer l'hostie du linge, mais quelles ne furent pas sa stupeur et sa frayeur en constatant que l'Hostie qu'elle avait cachée s'était transformée en chair sanglante et comme vivante, comme on peut encore la voir. La jeune fille et la voyante en informèrent le prêtre qui en parla à son évêque, lequel s'adressa au pape, afin de lui demander quelle peine il devrait infliger à ces femmes en raison de leur sacrilège. Le pape écrivit que lui-même et son Frère l'évêque devaient d'abord "rendre grâce avec toutes leurs forces à Celui qui, tout en opérant merveilleusement dans toute chose, provoque, en certaines occasions, de nouveaux prodiges, afin qu’en consolidant la foi dans les vérités de l’Église Catholique, en soutenant l’espérance et que, réanimant la charité, il rappelle les pécheurs, convertit les malfaisants et confond la méchanceté des hérétiques."

Puis, le pape précisa que les deux femmes ayant humblement avoué leur mauvaise action, "il ordonnait que la peine infligée à la jeune femme soit légère, car, précisa-t-il, nous estimons que son action malfaisante a été effectuée plus par faiblesse que par méchanceté, et surtout parce qu’il faut croire qu’elle s'est assez repentie en confessant son péché." Par contre, concernant "la voyante malfaisante qui la poussa à commettre le sacrilège avec sa perversion" il demanda à l'évêque d'appliquer les mesures disciplinaires ordinaires. Et le pape ajouta qu'il ordonnait que, "en visitant les Évêques les plus proches, elle confesse humblement son crime en implorant avec une soumission dévouée le pardon". Nous devons ajouter que Grégoire IX considérait ce miracle comme un signe de Dieu contre les nombreuses hérésies qui mettaient en doute la présence réelle de Jésus dans l'Eucharistie. Puis il pardonna aux deux femmes repenties.

L'Hostie transformée en chair, en 1228, est toujours conservée dans la cathédrale de San Paolo Apostolo, à Alatri. En 1978, à l’occasion du 750e anniversaire du miracle, une médaille commémorative fut réalisée; elle représente d’un côté la façade de la Cathédrale surmontée du reliquaire de l’Hostie Incarnée et, de l’autre, le buste du Pape Grégoire IX avec la Bulle pontificale et la lettre apostolique.

Paulette Leblanc

 

pour toute suggestion ou demande d'informations